Progresser sans se blesser

Progresser sans vous blesser

Une bonne condition physique. Après une blessure ou une longue coupure, face à des signes cardio (essoufflement, palpitations…) ou de statique (lombaires douloureux, ampoules à répétitions…), n’hésitez jamais à faire un bilan médical. Pour progresser sans risque, il faut d’abord se remettre en forme. Et en marge des consultations, ne jamais dédaigner la PPG.
Un entrainement raisonné. La clé de la progression, c’est la régularité, pas l’excès. Vous entrainer deux à trois fois par semaine et monter peu à peu en puissance est bien plus efficace que de pratiquer non-stop ou de programmer des séances de fractionné trop longues. Même si ça vous démange d’embrayer le pas des coureurs aguerris, restez à votre niveau et à l’écoute de votre corps : une douleur est toujours un signal d’alarme, pas de performance. Outre une hydratation ad-hoc, veillez à avoir un temps de sommeil suffisant et arrêtez de comptabiliser les kilomètres effectués chaque semaine au détriment de séance de « PPG spécial running ou Trail ».
Un équipement maîtrisé. Pas de route avec des chaussures de Trail (et vice versa), ni de courses avec des runnings qui ont plus de 800 km au compteur ou non adaptés à votre poids, au nombre de vos séances hebdomadaires ou encore dotées de n’importe quelle semelle intérieures. Pas non plus de genouillère ou chevillère utilisée en béquille, au risque de compromettre votre système articulaire naturel. Si vous ressentez le besoin d’un équipement de soutien, prenez l’avis de votre médecin ou de votre kiné du sport.

Réflexions autour du jogging :
Les bienfaits du jogging plaisir ?
Une pratique régulière et récréative (3h sur deux à trois sorties par semaine) permet de gagner en moyenne 6,2 années d’espérance de vie par rapport à un sédentaire. A une meilleure santé cardiovasculaire et osseuse s’ajoute aussi un risque moindre de développer un cancer ou une maladie d’Alzheimer.
Les effets du jogging addictif ?
Jogger en mono-activité plus de dix heures par semaine, chaque jour, en solo, pousse à négliger sa vie pro et perso, et à se gaver d’anti-douleurs ou autres substances pour toujours se dépasser. Cela s’appelle la bigorexie : maladie reconnue par l’OMS et nécessitant une prise en charge médicale.

PPG = Préparation Physique Générale

Publicités